Logo de Turquie Européenne
Accueil > Revue de presse > Archives 2005 > 05 - Articles de mai 2005 > L’euro en baisse après le « non » français

L’euro en baisse après le « non » français

lundi 30 mai 2005

Le Nouvel Observateur

FRANCFORT (AP) — L’euro était en baisse lundi matin face au dollar américain, au lendemain du rejet massif du traité constitutionnel européen par les électeurs français. Ce « non » français, anticipé par les marchés, a contribué à faire monter le billet vert, sans faire chuter la devise européenne.

Dans la matinée, la devise des 12 pays de la zone euro s’échangeait à 1,2526 dollar, plus que le 1,2511 enregistré un peu plus tôt sur les marchés asiatiques, mais au dessous du 1,2575 à la clôture de Wall Street vendredi soir.

Avant le référendum de dimanche en France, les analystes financiers estimaient que les craintes d’un « non » avaient déjà pesé largement sur les cotations la semaine dernière, qui avait vu l’euro atteindre son plus bas niveau face au billet vert en sept mois. Mais un nouveau test attend encore la constitution européenne, avec le vote des électeurs néerlandais qui se prononcent mercredi sur le traité.

« Le ’non’ français n’a pas surpris les marchés », expliquait Jorg Kramer, économiste en chef du groupe HVB. Il a ajouté que les monnaies les plus susceptibles d’être affectées étaient celles des dix nouveaux membres de l’Union européenne, entrés en mai 2004, ainsi que celle de la Turquie, qui aspire à rejoindre le groupe.

Pour Robert Sinche de la Bank of America, le « non » n’explique pas seul la baisse de l’euro. « Nous pensons que la faiblesse de l’euro est totalement cohérente avec les développements cycliques », estime-t-il. L’Allemagne et l’Italie ont notamment contribué à ralentir la croissance de la zone euro.

AP

Télécharger au format PDFTélécharger le texte de l'article au format PDF

Nouveautés sur le Web

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0