Logo de Turquie Européenne
Accueil > Articles > Articles 2007 > L’AKP et les libéraux (2)

L’AKP et les libéraux (2)

lundi 1er octobre 2007, par Haluk Sahin, Marillac

Répondons donc à la question que je posais un peu plus tôt. Jusqu’où peut durer le soutien que les libéraux fournissent à l’AKP ? Ce soutien est-il inconditionnel ?

JPEG - 28.6 ko

- Suite de l’article 1

J’ai déjà précisé combien il était impossible à cet AKP néo-islamiste d’atteindre la position qui est la sienne aujourd’hui sans le soutien intellectuel, conceptuel et polémique des libéraux. Tous ces intellectuels que j’ai rassemblés sous ce vocable de libéral ont tendu à ce parti comme un pont vers l’Occident et l’UE. Ils lui ont permis de traduire ses concepts et idées politiques locales dans une langue compréhensible des occidentaux et lui ont injecté comme un sérum de modernité et d’universalité… Ils lui ont fait gagner en légitimité.

En outre, en se lançant dans une lutte idéologique contre tous ceux qui savent se montrer très sensibles à la question de la laïcité, ils ont quelque peu tancé l’AKP et lui ont ouvert la voie. Tous ces islamistes au bagage intellectuel quelque peu restreint ou archaïque ont su profiter largement de cette aide. Et ils continuent à le faire.
Et c’est la raison pour laquelle un AKP qui aurait perdu le soutien de ces intellectuels, un AKP qui commencerait à inquiéter les cercles libéraux, éprouverait certainement de nombreuses difficultés à se faire comprendre et à défendre ses positions dans le monde et notamment en Europe. Et les conséquences d’un tel désaveu, puis d’un tel isolement sur la scène politique turque seraient assurément très lourdes.

La direction de l’AKP comme tous ceux qui l’étayent ne sont pas sans connaître toute l’importance de ce soutien.
Et comme en politique, il n’est rien qui soit gratuit, il ne faut pas non plus s’étonner à ce que les libéraux soient dans l’attente d’un juste retour des choses.

Jusqu’où ? Cette convergence d’intérêts rend-elle l’alliance indéfectible ? Ou bien existe-t-il des limites au soutien aujourd’hui manifesté à l’AKP ?
C’est le professeur Mustafa Erdogan, qui sans être d’aucun camp tout en restant un authentique et cohérent libéral qui répond à cette question dans une tribune intitulée : « On doit soutenir l’AKP au nom des libertés ». Selon lui, le soutien apporté est tout conditionnel. Et la condition est que l’AKP s’attache à faire de la société turque une société plus libre, plus démocratique et plus prospère.

Il écrit :
" Le soutien prodigué par les démocrates et les libéraux à l’AKP n’est évidemment pas inconditionnel. La condition ? Que le gouvernement fasse preuve d’une réelle volonté d’avancer vers plus de libertés et qu’il s’abstienne de n’user du pouvoir que pour récompenser ses plus proches partisans. Il ne faut donc pas penser qu’un tel soutien pourrait se poursuivre dans n’importe quelles conditions. Et ceci, l’AKP comme l’opposition doivent bien se le mettre en tête. »

A ce moment-là, il est certain que du point de vue du soutien des libéraux à l’AKP, les questions suivantes sont essentielles :
Qu’est-ce qu’un AKP libéral pense faire quant à la question épineuse de l’article 301 du code pénal qui envoie nombre d’intellectuels devant les juges ?

Comment va-t-il se comporter par exemple comme dans l’affaire récente de la chanson d’Ismaïl Türüt ? Penchera-t-il plutôt du côté de la cause de Hrant Dink ou de celle de ses meutriers ? Quelle position tiendra-t-il sur la question des cours de religion ? etc…

Je pourrais rajouter en conclusion, qu’en définitive, les affaires de l’AKP ne sont vraiment pas simples.

Télécharger au format PDFTélécharger le texte de l'article au format PDF

Sources

Source : Radikal, le 23-09-2007

Nouveautés sur le Web

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0