Logo de Turquie Européenne
Accueil > Revue de presse > Archives 2005 > 11 - Articles de novembre 2005 > Angela Merkel s’efforce de rassurer la Turquie

Angela Merkel s’efforce de rassurer la Turquie

dimanche 27 novembre 2005

Reuters

La nouvelle chancelière allemande, Angela Merkel, qui a fait campagne contre une adhésion de la Turquie à l’Union européenne, a assuré le Premier ministre turc Tayyip Erdogan qu’elle n’entraverait pas les négociations d’accession de son pays à l’UE.

Merkel a rencontré Erdogan en marge du sommet euro-méditerranéen de Barcelone et elle a accepté son invitation à se rendre à Ankara.
Priée de dire s’ils avaient discuté de son opposition à l’adhésion de la Turquie, la chancelière a répondu : « Nous avons parlé du fait que l’adage ’pacta sunt servanda’ (en latin : les accords doivent être respectés) s’applique, et que les choses se passeront bien. »
Elle s’est aussi engagée à œuvrer à l’intégration des immigrants turcs dans la société allemande et Erdogan est convenu avec elle de l’importance pour les citoyens d’origine turque d’apprendre l’allemand.
Les chrétiens-démocrates de Merkel font valoir que la Turquie est trop différente culturellement de l’Europe pour adhérer à l’UE et qu’il vaudrait mieux lui proposer un partenariat privilégié, ce qu’Ankara rejette avec force.
Erdogan a assuré que la Turquie et l’Allemagne marcheraient toujours main dans la main. Il s’est dit prêt à œuvrer avec Merkel à l’amélioration des conditions de vie des quelque 3,5 personnes d’origine turque vivant en Allemagne, où elles constituent, de loin, la première communauté d’immigrants.

Télécharger au format PDFTélécharger le texte de l'article au format PDF

Nouveautés sur le Web

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0