Logo de Turquie Européenne
Accueil > Articles > Articles 2012 > 03 - Troisième trimestre 2012 > En Turquie, un étudiant handicapé est accusé de voie de fait et maintenu en (...)

Étudiants détenus

En Turquie, un étudiant handicapé est accusé de voie de fait et maintenu en prison.

vendredi 24 août 2012, par Nilay Vardar, Trad. Aurélien Roulland

Un article de plus à verser au dossier déjà très lourd des étudiants détenus. Celui-ci fait la démonstration que des accusations absurdes sont montées de toutes pièces sans même se soucier de leur vraisemblance.
Tout ceci accrédite que l’objectif réel de l’état est bien de mettre au pas une jeunesse qui supporte de moins en moins le carcan des interdits politiques et des restrictions à la liberté d’opinion auquel on la soumet. [ndlr de Turquie Européenne]

*****

Un étudiant en deuxième année, Kayhan Tüney, est sous les verrous depuis une année et demie sous l’accusation d’avoir des liens avec le terrorisme. Parmi les accusations portées contre lui, dans le rapport de police, se trouve celle de « coups et blessures » malgré le fait que le bras droit et la jambe gauche de Tüney soient à 70 % handicapés.

JPEG - 32.9 ko
Les prisons turques sont remplies de prisonniers d’opinion à cause des lois d’exception de « répression du terrorisme »
Image : Bianet

L’étudiant Kayhan Tüney est resté incarcéré à la prison d’Edirne durant une année et demie pour des liens supposés avec le terrorisme,

La police l’a tout d’abord placé en détention le 11 février 2011 pour son engagement dans la Jeunesse Patriotique Démocratique (DYG), la branche jeunesse du Parti pour la Paix et la Démocratie (BDP).
Il fait partie des quelques 71 personnes mises en accusation dans le cadre du procès du DYG dont la prochaine audience est prévue pour le 21 septembre.

L’acte d’accusation préparé par la police mentionne que Tüney a été impliqué dans des bagarres à l’Université d’Istanbul où il est inscrit comme étudiant de deuxième année et l’accusent de coups et blessures contre une autre personne. Ceci alors que l’avocate de Tüney a présenté un rapport à la cour datant de 2008 qui indique que le bras droit et la jambe gauche de son client sont à 70 % handicapés.

« Le sujet ne peut utiliser l’extrémité affectée dans ses tâches et besoins quotidiens. Il peut parcourir de courtes distances avec difficulté et sans assistance, mais sa locomotion est limitée à des surfaces planes » stipule le rapport.

L’acte d’accusation contre lui liste un certain nombre d’accusation contre Tüney, dont sa présence à un meeting prétendument hors la loi dans un local du BDP et des déclarations à la presse à propos de l’objection de conscience et la revendication (du droit de chacun) à l’éducation dans sa langue maternelle.

« Stressé de ne pouvoir se débrouiller seul en prison ».

« La police prétend que cette personne a été impliquée dans des bagarres, regardez ! » a dit Ayşe Acanıklı aux membres de la cour dans une précédente audition, elle a alors demandé à son client de se mettre debout dans la salle.

L’avocate Acanıklı a aussi dit qu’ils [elle et son client] avaient demandé un rapport d’analyse vocale aux services de police scientifique afin de vérifier si Tüney avait réellement participé à un meeting « illégal » dans les locaux du BDP, mais sans succès, car la Cour a rejeté sa requête.

« La raison de la mise en détention de Tüney est son appartenance au DYG, une organisation tout à fait légale. Il n’y a aucune charge [pour justifier] son emprisonnement de quelque manière que ce soit. De surcroît, il souffre d’un grand stress de ne pas pouvoir se débrouiller seul à cause de son handicap. Il dispose d’un rapport médical, il n’y a aucune raison de ne pas le remettre en liberté », a dit Acanaklı.

La sœur ainée de Tüney, Sevgi Tüney a ensuite fait remarquer que les autorités avait arrêté son frère un mois après qu’il ait commencé à suivre des séances de kinésithérapie, et que ce traitement a tourné court du fait de sa détention.

« Kayhan évite de parler de ses conditions de détention pour nous ne pas nous inquiéter. Néanmoins, nous savons qu’il a des difficultés à se débrouiller seul pour ses tâches quotidiennes. Je suis certain qu’il n’avait pas vraiment très envie qu’on lui demande de se tenir debout dans la salle devant la Cour, mais il doit répondre d’une accusation de coups et blessures, l’avocat voulait simplement démontrer que c’était impossible. Il n’y a rien qui justifie qu’il reste sous les verrous ; nous espérons sa libération en septembre » a-t-elle déclaré.

« Des prisons surchargées de prisonniers d’opinion ».

« Il y a une augmentation incroyable du nombre de détenus en Turquie suite à des arrestations pour des délits d’opinion. La situation carcérale est effroyable. Il est tout à fait inadapté pour des prévenus ou des condamnés malades de rester sous les verrous dans de telles conditions. De surcroît, on déplore des problèmes incessants d’approvisionnement des services de santé » a dit Şebnem Korur Fincancı, experte en médecine légale et présidente de la Fondation des Droits de l’Homme de Turquie (TIHV).

Une autre malade incarcérée, Hediye Aksoy, a aussi demandé sa relaxe au président Président Abdullah Gül, au motif qu’elle est à la fois atteinte de déficience visuelle et d’un cancer du sein.

Quelques 211 personnes gravement malades sont incarcérées et purgent actuellement leurs peines en Turquie, 32 d’entre eux sont en phase terminale selon un rapport de l’Association des Droits Humains (IHD).

L’Initiative pour la Solidarité avec les Étudiants Arrêtés (TÖDI) a, en outre, annoncé qu’un total de 750 étudiants sont actuellement incarcérés en Turquie.

Télécharger au format PDFTélécharger le texte de l'article au format PDF

Sources


Disabled Student Accused of Battery Serving Jail Time (en)
« Yüzde 70 Engelli Kayhan Tüney Tahliye Edilmeli » (tr)
Istanbul - BIA News Center - Jeudi 2 Août 2012
Traduit de l’anglais par Aurélien Roulland

Nouveautés sur le Web

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0