Logo de Turquie Européenne
Accueil > Articles > Articles 2009 > 01 - Premier trimestre 2009 > TRT 6 : mieux que ROJ TV !

Turquie : une chaîne publique en langue kurde

TRT 6 : mieux que ROJ TV !

mardi 13 janvier 2009, par Mehmet Akkus, Sefa KAPLAN

La chaîne Kurde de la TRT, a réussi a intéresser la population locale, malgré les oppositions du PKK et du DTP (parti pro-kurde).

Les intellectuels kurdes comme Ümit Fırat, Bejan Matur, Altan Tan et Mehmet Metiner affirment que depuis la création de TRT şeş (TRT 6, prononcer chèche) les téléspectateurs sont ravis de ses programmes. Ils rappellent que, depuis longtemps, malheureusement, la population regardait des chaînes kurdes inintéressantes comme Roj TV. Le PKK a d’ailleurs interdit aux Kurdes de regarder TRT 6, les contrevenants pouvant être considérés comme des traîtres.

Le poète Bejan Matur nous confie que dans beaucoup de familles kurdes, regarder la télévision était considéré comme un péché. Il poursuit en racontant une scène assez cocasse où un enfant reprochait à sa maman de regarder la chaîne TRT 6 . Lorsque celle ci lui répondit : « oui mon fils, mais c’est en kurde ! » L’enfant resta bouche bée. Ainsi, une langue était devenue une façon de légitimer des changements profonds.

Quel genre de pays est-ce ?

Lors des tests de transmission, Bejan Matur s’était rendu à Kahramanmaraş, Şanlıurfa et Diyarbakır pour recueillir les premières impressions de la population locale. Il se souvient notamment de ce jeune Kurde, étonné d’écouter la très populaire chanson ’Şılele’ sur les ondes de la très austère TRT : « il n’y a pas si longtemps, lorsqu’une chaîne locale diffusait cette chanson, ses dirigeants étaient immédiatement poursuivis et aujourd’hui nous l’écoutons en boucle sur TRT, c’est à ne plus rien comprendre dans ce pays ! ». Ümit Fırat, ajoute : « Bien sûr que c’est un événement important pour les Kurdes qui viennent de se voir autoriser la diffusion de leur langue interdite pendant trois générations ! Entendre et même voir des chansons qu’on écoutait en douce, dans une chaîne d’Etat, ne relevait même pas du rêve, il n’y a pas si longtemps. »

Tous les intellectuels saluent la qualité de la programmation de TRT Şeş à laquelle participent des artistes populaires comme Rojin et Nilüfer Akbal. Ils rappellent aussi la programmation particulièrement déplorable de Roj TV notamment, que les Kurdes reçoivent par satellite. C’est ainsi qu’ils expliquent la profonde irritation du PKK face à l’apparition de TRT 6, qui va même jusqu’à accuser de traître ceux qui regardent cette chaîne.

Un problème est en voie de résolution

« Malgré les fortes pressions du PKK, nous constatons que cette nouvelle chaîne est bien accueillie. Entendre et voir diffuser sa langue maternelle, celle que vous parlez au quotidien, sur une chaîne d’Etat entraînera forcément une décrispation au sein de la population. On ne vous regardera plus bizarrement lorsque vous parlerez votre langue maternelle dans la rue. Parmi les nombreux problèmes qui empoisonnent la vie des citoyens, un problème important est en passe d’être résolu. »

Une révolution

Le journaliste Mehmet Metiner affirme que la création de TRT 6 signifie l’abandon par l’Etat de sa politique de déni et pour lui, c’est une « révolution ». Il ajoute, c’est pour cela que le PKK éprouve une grande gêne face à cette chaîne. Selon lui, beaucoup de groupes qui tirent profit de ce conflit entre Turcs et Kurdes sont autant contrariés que le PKK.

Un lourd tribut a été payé

Selon l’écrivain Altan Tan : « A présent, la république de Turquie met fin à son idéologie d’état de dénie du peuple Kurde. En résumé, on disait jusqu’à maintenant, »il n’y a pas de Kurde, donc pas de langue Kurde". Dans ce contexte, l’apparition d’une chaîne kurde sur une télévision d’Etat est un événement des plus importants. Le PKK et le DTP en tête, clament à qui veut l’entendre, que l’Etat a créé cette chaîne par obligation, que c’est un artifice et qu’elle servirait à répandre les propagandes de l’état Turc. Avant tout, il faut dire une chose : les Kurdes ont plus besoin d’une chaîne kurde que l’état Turc lui-même. Ensuite, n’oublions pas que cette nouvelle chaîne n’est pas une faveur faite aux Kurdes par quiconque, à commencer par l’AKP, le parti au pouvoir. S’il y a actuellement une chaîne kurde, on le doit seulement aux combats du peuple kurde qui a payé un lourd tribut.

Un pas positif

Les citoyens qui regardent la TRT 6 dans les cafés à Diyarbakir, considèrent que c’est une bonne chose, même si, disent-ils cela aurait dû être fait depuis longtemps. Ils précisent tout de même : il faut qu’elle soit objective.


- TRT 6 sur Internet

Télécharger au format PDFTélécharger le texte de l'article au format PDF

Sources

Source : Hürriyet, le 3/01/2009

Nouveautés sur le Web

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0