Logo de Turquie Européenne

L’Europe est à un carrefour

dimanche 23 octobre 2005, par Deniz Yücel Sylvestre, Taha Akyol

Milliyet Le 29 septembre 2005
Traduction Deniz Yucel Sylvestre

Toujours dans l’objectif de présenter à nos lecteurs la vision turque à propos de l’attitude de l’Union Européenne, voici une nouvelle traduction de la presse turque.
Le fait que nous le publiions ne signifie pas nécéssairement que nous soyons en accord avec l’ensemble de son contenu - ndlr

Le Parlement Européen a donné une image des pays européens montrant qu’ils se trouvent à un carrefour. Le Président du groupe chrétien démocrate M.Hans Gert Pottering accuse l’Angleterre qui soutient la Turquie :

- « Vous connaissez dans quel état sont les droits de l’homme en Turquie, vous connaissez assez la Croatie, mais vous dites non à la Croatie. Quand il s’agit de la Turquie vous fermez vos yeux sur les dérogations aux droits de l’homme. »

Le Président du groupe socio-démocrate qui soutient l’adhésion de la Turquie, M. Martin Schultz réagit :

- « Pourquoi ne pouvez-vous pas dire clairement que vous ne voulez pas de la Turquie, pays d’islam, mais que vous voulez de la Croatie chrétienne ? »

L’Europe, comme dirait Daniel Cohn Bendit, flotte entre « racisme culturel » et « multiculturalisme ».

En effet, devant l’Europe il y a ces deux routes et L’Europe est indécise.

Les Français ont dit non au traité constitutionnel de l’Europe en ayant peur « du plombier Polonais » car ils avaient peur en réalité du multiculturalisme. Ils refusent l’adhésion de la Turquie. L’Autriche, qui refuse également la Turquie, n’est-elle pas le pays qui a voté pour le raciste Heider ? Strober n’a-t-il pas avoué lui-même que le motif essentiel de la Démocratie Chrétienne est le christianisme ?

A côté des problèmes politiques et économiques, avec la Turquie il y a de plus ce « racisme culturel » ! Ils mettent devant nous des conditions spéciales. En premier au sujet de Chypre. L’exigence de « reconnaissance du génocide », qui n’implique aucune obligation, est une �uvre du subconscient chrétien.

Devant la Turquie, la route qui mène à l’UE est très longue et pleine de cassis, mais nécessaire pour notre économie ainsi que pour notre développement sociopolitique. Nous voyons que la décision prise le 17 décembre a apporté de la fraîcheur dans notre économie. La Turquie devrait atteindre un PIB de 15 milles euros en 10 ans !

La Turquie dans cette route difficile ne fera jamais de marche arrière sur les 3 sujets suivants :

  • La proposition du groupe chrétien-démocrate de partenariat privilégié n’est pas acceptable. Le refus du PE est très juste.
  • Tant qu’il n’y a pas une solution pour Chypre, la Turquie ne reconnaîtra jamais les grecs chypriotes. Tant que l’isolement n’est pas levé sur le côté turc, la Turquie n’ouvrira jamais ses portes aux grecs chypriotes. Le parlement Européen sait que les grecs chypriotes ne veulent pas de solution.
  • La Turquie en aucun cas et en aucune condition ne reconnaîtra jamais le « génocide ». Le parlement Européenne prend une décision qui n’apporte aucune obligation aujourd’hui comme hier.

Mais ce sont des sujets avec lesquels nous allons devoir nous affronter.

Ca c’est une route longue et étroite qui durera 10 voire 15 ans. Nous, nous allons charger notre panier, autrement dit renforcer notre développement social et économique, en marchant sur cette route sans changer les trois articles cités au-dessus. D’autre part, il y aura beaucoup de négociations, des disputes, des blocages, des solutions, des retardements, des recommencements, des hauts et des bas.

Avec l’augmentation du « racisme culturel » les cordes seront tendues, peut être cassées...Mais l’augmentation du nombre des sociaux-démocrates, des libéraux et des verts ferait du bien à la Turquie et à l’Europe.

Télécharger au format PDFTélécharger le texte de l'article au format PDF

Nouveautés sur le Web

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0