Logo de Turquie Européenne
Accueil > Revue de presse > Archives 2009 > 04 - Articles d’avril 2009 > Hilmar Kaiser : « la Turquie de 1915 n’est pas l’Allemagne nazie (...)

Hilmar Kaiser : « la Turquie de 1915 n’est pas l’Allemagne nazie »

Entretien avec un historien allemand, spécialiste des massacres de 1915

jeudi 23 avril 2009, par Emine Kart

L’historien allemand Hilmar Kaiser est actuellement à Ankara afin d’effectuer des recherches dans les archives turques. Dans une interview donnée au quotidien turc Zaman fin mars, Hilmar Kaiser dit que le champ de l’histoire "est inondé avec les avocats politiques qui sont moins des historiens que des fabricants d’opinions ».

Dans les années 1990, Hilmar Kaiser a travaillé exclusivement à Istanbul et a eu accès aux archives ottomanes qui étaient alors gérées par des règlements spéciaux grâce à l’intervention du gouvernement de Tansu Çiller.

Hilmar Kaiser a affirmé que ce temps-là était fini et que désormais il n’y a plus de problèmes pour accéder aux archives de l’Etat.

« Il y a deux semaines, j’étais à Washington présentant mes recherches et photos à une conférence de l’Assemblée Arménienne [d’Amérique] et j’ai suggéré que s’ils cherchaint un bon directeur pour le musée et les archives du génocide, ils pouvaient considérer l’embauche de Yusuf Sarinay, le chef des archives turques d’Etat ou de Mustafa Budak, le chef des archives Ottomanes. Ceux-ci sont deux personnes fortement qualifiées ayant une vision et la détermination. Certaines personnes ont été étonnées, mais j’étais très sérieux en disant cela » a dit Hilmar Kaiser.

« Oui, il y a toujours des problèmes, mais ayant dit cela, je dois immédiatement ajouter qu’il y a des problèmes partout. La chose importante est qu’il y a un processus en place pour surmonter ces problèmes. C’est une administration énorme et la rencontre de problèmes fait partie du travail quotidien. Je peux seulement dire que beaucoup de chercheurs - à la fois turcs ou étrangers - ont eu exactement les mêmes expériences. S’il y a un problème, il est immédiatement pris en charge et résolu, c’est tout ce que vous pouvez demander. La Turquie a gagné beaucoup de crédit avec sa nouvelle politique sur les archives et elle gagnera plus de crédit si le gouvernement actuel soutient les archives plus fortement avec un financement complémentaire » a-t-il noté.

« Le CUP n’était pas monolithique »

« Il faut arrêter de penser le [Comité Union et Progrès] CUP comme une sorte de parti monolithique. La recherche sur les Arméniens au cours de la Première guerre mondiale a eu tendance à essayer de créer l’impression d’une Turquie qui était comme une petite version de l’Allemagne nazie, avec un unique parti et des pauvres SS nommés Teskilat’i Mahsusa [Organisation Spéciale]. Je pense que c’est totalement faux. On doit étudier le cas turco-arménien à part. Oui, il y avait certaines personnes dans le CUP inspirées par des positivistes européens, qui étaient en partie racistes mais je pense que ce n’était pas la ligne générale du parti. Ce fait que le racisme n’était pas le motif conduisant la politique arménienne est tout à fait clair parce que si vous le comparez au racisme allemand, vous ne pouvez pas expliquer la survie de dizaines de milliers de femmes et d’enfants arméniens dans des maisons musulmanes, même dans les orphelinats du gouvernement. Cela aurait été complètement impossible si le gouvernement avait été inspiré par un type de racisme allemand » a dit Hilmar Kaiser.

« Les gens aiment comparer les Jeunes Turcs et la Turquie à l’Allemagne nazie, mais ce n’est pas une comparaison ; ils égalisent tout cela. Une comparaison doit aussi souligner les différences fondamentales » a-t-il continué.

« Le racisme aussi bien que le fondamentalisme musulman n’étaient pas des forces agissantes. Quelques-uns allèguent que l’Islam a contribué aux massacres à petite échelle des Arméniens. C’est totalement illogique. Si l’Islam a poussé aux massacres à petite échelle des Arméniens, pourquoi étaient-ils ici depuis 600 ans ? Deuxièmement, pourquoi les survivants ont-ils survécu dans des sociétés musulmanes dans le Moyen-Orient ? ».

Dans son interview Hilmar Kaiser a souligné que la planification démographique est aussi vieille que l’Empire Ottoman débutant au 14e siècle. « Il y a toujours eu de la planification démographique - auparavant et après 1915. Certains établissent une liaison directe entre la politique contre les Arméniens et la planification démographique, plus spécifiquement que la planification démographique était le motif de cette politique. Je reste très sceptique sur cela.

La planification démographique a joué un rôle, mais on doit être réaliste : quand vous avez des dizaines de milliers de réfugiés musulmans des Balkans et des zones frontalières proches de la Russie campant à l’extérieur et que vous commencez à expulser des Arméniens et que vous avez accès à des maisons vides, que faites-vous de cela ? Bien sûr, vous l’employez. Revendiquer qu’il existait une force agissante derrière les déportations est, à mon avis, une erreur parce que cela ne peut pas expliquer la chronologie des déportations. Cet argument démographique est d’une certaine façon un substitut du projet » affirme-t-il.

« Les gens qui croient qu’il existait une planification à long terme, comme depuis 1909 ou 1912, ont un problème dans leur exposition d’une liaison concrète entre ce qui est arrivé en 1915 et les précédents plans allégués. Donc nous faisons face maintenant à beaucoup de remaniements après que les arguments précédents aient été démontés. Oui, la planification démographique est très importante, mais n’est pas le fil conducteur. Dans ma recherche, je n’ai pas trouvé de preuve convaincante - au contraire, les points d’évidence vont dans des directions différentes ».

Himar Kaiser s’est dit aussi opposé à ceux qui dépeignent le Comité Union et Progrès et l’armée Ottomane comme des corps homogènes.

« Oui, le CUP était un groupe nationaliste, mais il incluait des groupes très religieux. Ces gens ne peuvent pas être unis. Ils présentent évidemment un visage unifié en public, comme quelques politiciens font aujourd’hui. Et même si vous êtes un nationaliste turc cela ne fait pas de vous un tueur. Il y avait des personnes qui étaient des nationalistes turcs célèbres comme Halide Edip. Elle a préconisé l’assimilation des Arméniens, mais elle s’est très fortement opposée à toute sorte de meurtre. D’autre part, cette opposition n’a pas été simplement limitée à des nationalistes ; elle a aussi inclus l’opposition anti-CUP, par exemple, le Parti libéral. Croyez-le ou pas, cette opposition qui s’est concentrée sur Cemal Pasha dans le secteur de la Quatrième Armée a coopéré - il y a des preuves de ceci - avec le résistance arménienne contre Talat » a-t-il expliqué.

Cemal Pacha, membre du triumvirat

« Laissez-moi vous dire quelque chose de plus radical : une personne qui a sauvé la plupart des Arméniens durant la Première guerre mondiale n’était personne d’autre que Cemal Pacha. Et cela n’a pas été discuté jusqu’ici en raison du fait que nous avons un ensemble de problèmes politiques avec tout cela et notre champ est vraiment inondé par les avocats politiques qui sont moins des historiens qu’ils sont des fabricants d’opinions. Nous avons des rapports d’officiers de la marine allemande qui étaient à l’état-major du Pacha parce qu’il était aussi ministre de la marine. Parfois, quand il était témoin de mauvais traitements sur des déportés, il ordonnait de pendre le responsable, il n’attendait même pas que ce soit fini. Il y a beaucoup, beaucoup de témoignages arméniens d’ailleurs à ce sujet, dans leurs souvenirs. Toutefois, il ne faut pas être trop romanesque là-dessus ».

Hilmar Kaiser a toutefois déclaré que la République turque n’a pas été construite par des tueurs et que le génocide arménien n’a pas constitué un acte fondateur.

« Alors vous pouvez aussi trouver d’autres actes fondateurs comme la défaite dans les guerres balkaniques. Je veux dire que c’est un non-sens. Vous devez établir une liaison directe. Les bases de la population arménienne ont été détruites et en regardant autour de la Turquie d’aujourd’hui cela est évident et cela a eu un impact fort, mais la république n’a pas été fondée sur cela. C’est très important ; c’était une partie de l’environnement dans lequel la république a été fondée et pour autant que j’ai pu voir, je n’ai rien trouvé dans les sources contemporaines qui suggérerait que Mustafa Kemal ait été impliqué dans les meurtres. La seule chose que j’ai trouvée consiste en ce qu’il y était très opposé. Mais que plus tard son opinion sur les Arméniens a changé en rapport avec la guerre en Transcaucasie et ensuite les problèmes turco-soviétiques. Mais que l’on nous ne dise pas que ce qui est arrivé en 1915 - 1916 se prête à une interprétation selon laquelle Kemal Atatürk a suivi une politique qui n’a pas été honorable pour un officier turc ».

« Concernant l’armée - dans la Quatrième Armée, ils ont résisté. Si nous avons un problème avec les militaires, c’est la Troisième Armée parce qu’elle est là où les grands massacres ont eu lieu. Le problème avec la Troisième Armée consiste en ce que vous avez une sorte de çorba’ [potage en turc] parmi les officiers politiques qui devaient leur avancement rapide aux positions en rapport avec le parti ou en rapport avec leur dépendance à Enver Pacha. Les employés standards n’ont pas beaucoup aimé ces gens qui avaient gagné leur position sur le mérite.
Deuxièmement, vous avez toute sorte d’éléments comme la soi-disant Teskilat-i Mahsusa, l’organisation spéciale, et je vous rappelle j’ai été capable d’identifier quelques-unes de ces unités qui tuaient des villageois arméniens même avant Sarikamis (1915). Ainsi là vous avez des éléments qui avaient déjà été actifs sous Abdulhamid. Ils ont juste continué cette façon de faire sous un nom différent. Nous avons besoin de précision dans la recherche et ces méga explications - l’armée, les Turcs, les Musulmans - c’est simplement ridicule et c’est seulement utile si vous souhaitez une dispute politique bon marché, ce que je ne fais pas
 ».


- Article original

- Article original paru en Anglais

Télécharger au format PDFTélécharger le texte de l'article au format PDF

Sources

Source : Armenews, le 21-04-2009

Nouveautés sur le Web

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0