Logo de Turquie Européenne
Accueil > Revue de presse > Archives 2005 > 12 - Articles de décembre 2005 > « Y a-t-il une place pour le voile dans l’islam ? »

« Y a-t-il une place pour le voile dans l’islam ? »

dimanche 4 décembre 2005

EuroNews

EuroNews a obtenu un entretien exclusif avec le Premier ministre turc Erdogan :« Y a-t-il une place pour le voile dans l’islam ? »

Il veut faire entrer la Turquie dans l’Union européenne, . Comment Recep Tayyip Erdogan voit-il les relations internationales ? Quelle est son approche de la construction européenne ? Quelle place accorder à l’islam dans la société ? C’était à Barcelone, en marge du sommet Euromed, une réunion aux piètres résultats.

Rita Del Prete, EuroNews : « Monsieur le Premier ministre, vous étiez le seul dirigeant, avec le Président Mahmoud Abbas, à représenter les pays musulmans lors du sommet Euromed. Quel rôle actif voulez-vous jouer dans ce forum euro-méditerranéen ? »

Recep Tayyip Erdogan, Premier ministre turc : « Concernant les relations entre ces deux blocs, nous avons des propositions tant pour les pays européens que pour les pays méditerranéens. Nous souhaitons notamment que les pays des Balkans rejoignent le forum. Personnellement, j’accorde une importance à tous les pays, qu’ils appartiennent au monde islamique ou occidental : nous avons des liens politiques, mais nous entretenons également des relations commerciales, économiques. Nous sommes tous solidaires ».

EuroNews : « Mais de nombreux observateurs disent que la Turquie n’est pas vraiment intéressée par un rôle majeur dans le forum Euromed ».

Erdogan :"Je ne sais pas ce qui motive ces observateurs dont vous parlez ! La Turquie dispose d’une des zones côtières les plus longues sur la Méditerranée. De tous les pays méditerranéens, la Turquie est celui qui peut investir son énergie dans le plus grand nombre de domaines ! Ne pas prendre tout ceci en compte est tout bonnement impossible. Cette approche est donc très incorrecte ! La Turquie a beaucoup d’atouts : elle fait partie de l’OTAN. La Turquie fait partie de l’OCDE. La Turquie est l’un des pays qui a obtenu l’ouverture de négociations avec l’Union européenne !

EuroNews : « Vous avez eu un entretien bilatéral avec la chancelière Angela Merkel. A quoi cette rencontre a-t-elle abouti ? Où en est le processus d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne ? »

Erdogan : « Cela a été constructif. Nous avons pu évaluer l’état de la situation actuelle. Cela a été une bonne rencontre, une rencontre fructueuse. Comme vous devez le savoir, deux millions sept cent mille citoyens turcs vivent actuellement en Allemagne. Ce processus d’émigration a démarré dans les années soixante. En Allemagne, la communauté locale et la communauté turque ont tissé des liens très forts. Evidemment, de temps en temps, il arrive qu’il y ait des problèmes d’intégration. Nous avons évoqué cette situation avec Angela Merkel. Brièvement. Au niveau politique, les partis auxquels la chancelière et moi-même appartenons sont de la même mouvance. L’AKP et la CDU font partie du Parti Populaire européen, même si l’AKP, mon parti, n’est actuellement qu’un membre observateur ».

EuroNews : « La future visite d’Angela Merkel à Ankara est-elle le signe d’un assouplissement de la position allemande dans le dossier de l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne ? »

Erdogan : « Quoi qu’il en soit, il n’y a pas de problèmes sérieux entre l’Allemagne et la Turquie ; nous les avons dépassés. Les positions de la nouvelle coalition au pouvoir en Allemagne sont plus favorables. J’ai invité Angela Merkel, pour une rencontre, très bientôt. Elle a accepté cette invitation et elle m’a fait savoir qu’elle serait accompagnée d’un groupe d’hommes d’affaires. De notre côté, nous allons également préparer nos propres investisseurs à cette rencontre. Il y aura aussi des entretiens au niveau ministériel. Le fait que Madame Merkel se déplace en Turquie, qu’elle ait sollicité des hommes d’affaires, tout cela témoigne de l’importance accordée par l’Allemagne à la Turquie ».

EuroNews : « Pourquoi avez-vous critiqué la décision de la Cour européenne de justice dans l’affaire du voile à l’école ? A votre avis, comment les juges auraient-ils dû traiter ce dossier ? »

Erdogan : « La bonne question à poser est celle-ci : y a-t-il, ou non, dans l’islam, une place pour le voile ? Les intellectuels religieux devraient se poser cette question-là ! L’utilisation du voile comme symbole politique, ça, c’est une autre question. Elle peut être débattue bien sûr. Mais, d’un point de vue religieux, la question qu’il faut se poser est : »l’islam prévoit-il le port du voile ?« C’est le comité des oulémas qui devrait réfléchir à cette question, ou, dans ce cas précis, ce serait au Directorat des affaires religieuses d’en débattre. Bien évidemment, les tribunaux rendent leurs verdict seuls. Mais, à mon avis, les tribunaux devraient prendre conseil auprès d’experts. Ici, il s’agit vraiment de mettre au jour ce que prévoit la religion en matière de voile islamique. Voilà, ça, c’est un angle du problème. Une autre façon de le traiter, c’est du point de vue de la liberté de religion et de pensée. Les convictions viennent du cœur. Et la religion, ce n’est pas seulement une conviction ! La religion, c’est beaucoup plus vaste, c’est beaupoup plus large ! Et c’est bien comme ça que la loi interprète la religion. Il est également très important d’autoriser les parents à envoyer leurs enfants dans l’école de leur choix. C’est un autre droit auquel il faut être très attentif. Les pays européens luttent eux aussi, pour leurs droits. Et les critères politiques de Copenhague rendent bien compte de ces droits. Nous devons tous aspirer à ces libertés. Alors, ce que j’essaye de dire ici, c’est que tant la Cour européenne des Droits de l’Homme, que la Convention européenne des droits de l’Homme doivent protéger la liberté de religion, de pensée et la liberté de choisir l’éducation de ses enfants. Je crois que sur ce point-là aussi, il y a un tas de choses qui restent à faire. Cela nous permettrait, à nous et aux tribunaux, d’affiner et d’ajuster notre jugement ».

Télécharger au format PDFTélécharger le texte de l'article au format PDF

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0