Logo de Turquie Européenne
Accueil > Articles > Articles 2007 > Un « plan de résolution détaillé » pour le problème kurde ?

Un « plan de résolution détaillé » pour le problème kurde ?

lundi 3 décembre 2007, par Ismet Berkan, Sebahat Erol

Nous avons appris de la bouche de Condoleezza Rice qu’Erdoğan avait un plan non seulement pour lutter contre le terrorisme mais aussi pour résoudre le problème kurde. C’est un sujet extrêmement sensible ; si on veut une « résolution », les discussions doivent commencer.

JPEG - 12.5 ko

Depuis des jours, nous discutons pour savoir si le Premier Ministre Recep Tayyip Erdoğan cache quelque chose ou non. En fait, il glisse des sous-entendus dans son discours, volontairement ou non, mais il réussit à ne pas en dire davantage.

Vous le savez, c’est Rice, secrétaire d’Etat américaine, qui nous a déclaré que le Premier Ministre Erdoğan avait un « plan détaillé » non seulement contre le problème de terrorisme mais aussi contre le problème kurde tout entier.

Le Premier Ministre est allé discuter de ce problème avec le Président américain Bush. Maintenant, il y a de fortes chances que ce plan ait été dévoilé par les Américains aux leaders kurdes du Nord Irak. Et de fortes chances aussi que certains détails du plan aient été transmis aux leaders du PKK qui se cachent au Mont Kandil.

C’est-à-dire que tout le monde, sauf le peuple turc, est au courant du « plan de résolution » qui aurait été préparé par le gouvernement turc.

J’ose espérer qu’un jour, nous aussi serons au courant des détails de ce plan.

En parlant de détails, il est temps de faire une analyse chronologique de certaines paroles du Premier Ministre. En effet, grâce à cette analyse, nous pourrons émettre des hypothèses sur certaines parties de ce plan.

Dans sa dernière déclaration, à l’aéroport, à son retour de Bakou dans la nuit de samedi, le Premier Ministre Erdoğan a dit à propos des membres du PKK : « Soit ils garderont les armes et resteront dans les montagnes, soit ils déposeront les armes, descendront en ville, et feront de la politique. »

Doit-on comprendre par ces paroles que la « politisation du PKK » ne poserait pas autant de problème qu’autrefois « devant l’Etat », qu’on montre ainsi une voie de sortie «  civile » et « politique » au PKK ?

Retournons quelques jours en arrière. Le général Ilker Başbuğ, chef de l’Armée de Terre, lors d’une réception à l’Ambassade de la République turque de Chypre à Ankara, a parlé aux journalistes de mesures qui allaient dissoudre les groupes armées du PKK et leur permettre de quitter leurs montagnes.

Quelles sont ces mesures ou quelles peuvent-elles être ? L’une d’elles, la première, celle qu’on évoque depuis des années, serait une « amnistie générale ». Quant à la seconde, qui aurait des conséquences semblables à celles de l’amnistie mais qui ne serait pas une « loi de repentir », ce serait une loi de véritable « retour à la maison ».

Le même général Ilker Başbuğ, alors qu’il était encore numéro deux de l’état-major de l’Armée, avait évoqué devant les journalistes ces « mesures » propres à dissoudre les groupes montagnards du PKK. En tête de ces mesures venait le fait que les partisans du PKK qui n’auraient pas encore commis de crime ne soient poursuivis d’aucune façon lors de leur retour au pays. Car à cette époque, on pensait que 3 sur 5 des membres des groupes armés avaient rejoint le PKK après 1999 et donc que c’étaient des gens qui n’avaient pas tiré sur les soldats turcs. Mais aujourd’hui, la situation a changé.

Maintenant, voici la question : le gouvernement va-t-il pouvoir porter jusqu’au bout un « plan détaillé » qu’il n’ose pas révéler à l’opinion publique turque ? Et même, posons la question autrement : est-ce que tout le gouvernement, et tout l’AKP, soutient et continuera à soutenir le « plan » préparé par le Premier Ministre ?

C’est justement parce que ces questions se posent que le plan n’est pas révélé à l’opinion publique. Car ce sont des questions dont les réponses peuvent faire naître l’inquiétude.

D’un autre côté, même si le gouvernement et l’AKP soutiennent sans réserve le Premier Ministre Erdoğan, le parti doit s’attendre à une difficile lutte en matière de politique intérieure, car il est très probable que ce plan ne plaira pas à l’opposition, que le MHP et même peut-être le CHP accuseront le gouvernement de « traîtrise envers la patrie ».

Il existe un autre facteur : les forces armées. Est-ce que le commandement des forces armées est au courant de ce plan niché dans la tête du Premier Ministre ? Très probablement oui. Et alors, que pensent les militaires, eux, de ce « plan détaillé » et en particulier du conseil donné au PKK de venir faire de la politique ?

La Turquie est vraiment entrée dans un processus très intéressant et très important concernant le problème kurde. Maintenant, la première chose à faire, c’est que le Premier Ministre dévoile au peuple le plan qu’il a en tête.

- Traduction pour TE : Sebahat Erol

Télécharger au format PDFTélécharger le texte de l'article au format PDF

Sources

Source : Radikal, le 19/11/2007

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0