Logo de Turquie Européenne
Accueil > Revue de presse > Archives 2005 > 05 - Articles de mai 2005 > Mardin, nid d’aigle sous le soleil

Voyage - Sur la route de la soie

Mardin, nid d’aigle sous le soleil

mercredi 6 avril 2005, par Esra Danacioglu

Courrier international - n° 752 - 31 mars 2005

Article d’origine : Revue Atlas Mensuel Turquie

La ville médiévale de Mardin, en Turquie, est depuis toujours un lieu de cohabitation pour tous les peuples et toutes les religions du Moyen-Orient.

Il est des villes traversées par un fleuve qui les coupe en deux comme une blessure. Il est des villes de montagne où l’on se sent devenir tout petit. Il est aussi des villes méditerranéennes qui sentent le jasmin et le citron. Il est enfin des villes du soleil, au-dessus desquelles l’astre se promène du matin au soir, décapant de sa lumière éclatante les murs, les cours intérieures et les places publiques.

Mardin est de celles-là. Elle est posée telle une couronne de pierres au front de la haute Mésopotamie. Elle se dresse sur le versant méridional d’une montagne de 1 200 mètres d’altitude, à l’extrémité d’un plateau. Point de passage entre l’est et l’ouest, la ville est ceinturée de ruelles. Collés les uns aux autres, les bâtiments soignés des maisons, des églises et des mosquées semblent, en raison de la forte pente du flanc de colline sur lequel s’est construite la ville, toucher le soleil.

Les maisons de Mardin se cachent aux regards étrangers derrière des murs de pierre. Mais, derrière ces murs, chaque maison est un jardin secret qui s’ouvre vers le soleil. Mardin a toujours cultivé des rapports particuliers avec le soleil. Au XVIe siècle, un quartier de la ville portait le nom de Shamsiyé, du mot arabe shams, qui signifie “soleil”. Vivaient alors à Mardin des shamsis, adorateurs du Soleil. Ce paganisme local s’est perpétué jusqu’au XIXe siècle. Selon des récits de voyageurs de l’époque, ces adorateurs du Soleil s’exprimaient en arménien. Réprimés par l’administration ottomane, ils se firent baptiser, intégrant ainsi la communauté chrétienne assyro-chaldéenne. On raconte ainsi qu’au début du XIXe siècle une centaine de familles d’origine shamsie, chrétiennes en apparence, perpétuaient leur culte en secret.

Mardin est un nid d’aigle. De loin, elle donne l’impression d’être une ville médiévale abandonnée. Certains habitants vont même jusqu’à la qualifier de “cimetière ensoleillé”. Ce jugement est injuste. Mardin est en réalité un torrent de pierres jaunes qui descend des terrasses et des frontons vers les portiques et les cours des maisons pour mieux s’élancer vers la Mésopotamie ; la nuit, avec sa citadelle touchant les étoiles, elle s’y déverse tel un fleuve de lumière.

Mardin est bercée par les palabres de longs marchandages, et par les chocs répétés des marteaux et le bourdonnement des tours des artisans qui travaillent le cuivre. L’odeur du poisson séché se mêle à celles des pois chiches grillés, du cumin et du safran. Les fonctionnaires aux fins de mois difficiles, les enfants qui flânent dans les rues, les chauffeurs de minibus énervés, les échoppes de tailleur, les cabarets - qui commencent à faire leur apparition -, les salons de thé familiaux en plein air, les épices qui sèchent sur les toits, tout cela donne à Mardin un charme désordonné et coloré. Par contre, si l’on tourne la tête et que l’on regarde vers la plaine de Mésopotamie, en contrebas, on passe dans un tout autre univers : on a l’impression que Mardin est suspendue dans le vide et qu’elle appartient davantage au ciel qu’à la terre. Cette plaine, emplissant tout l’horizon, suscite un sentiment de légèreté qui fait petit à petit disparaître la notion du temps. On peut alors s’imaginer être un soldat seldjoukide considérant avec inquiétude l’encerclement de sa ville par les troupes de Tamerlan, en l’an 1400. Ou se mettre dans la peau d’un moine français séjournant au monastère des capucins, ou d’un commerçant assyro-chaldéen attendant des nouvelles de ses caravanes parties vers Alep et Bassorah. Mardin est une cité qui stimule l’imagination.

On y a retrouvé des traces de présence humaine datant de 6000 à 6500 avant notre ère. Hourrites, Hittites, Assyriens, Perses et Romains ont marqué la région de leur empreinte. C’est l’historien byzantin Ammien Marcellin qui, au IVe siècle, fut le premier à décrire cette forteresse située sur la route reliant Diyarbakir à Nusaybin (alors Nisibis). Au sud de la ville passe la Route de la soie, qui relie Tarsus (Tarse)-Adana-Urfa à Nusaybin et qui continue jusqu’à Mossoul, Bagdad et Bassorah. Cet axe est-ouest est coupé par une route nord-sud reliant le plateau de Diyarbakir à la Route de la soie. Mardin se trouve à l’intersection des deux, ce qui en fit par le passé le centre d’un trafic caravanier intense.

Depuis les flancs de la citadelle, des ruelles en escalier descendent vers le bas de la ville. Certaines ont une inclinaison de 45 degrés. Si l’inaccessibilité de la citadelle de Mardin a valu à la ville le surnom de “briseuse d’armées”, la pente abrupte de ses rues et de ses ruelles, qui en interdisait l’accès aux animaux de bât lourdement chargés, l’a fait aussi surnommer “disperseuse de caravanes” par certains voyageurs. L’enchevêtrement des rues donne à la ville un aspect de labyrinthe ou de “mer d’escaliers”. Les véhicules à moteur ne peuvent circuler ; ânes et mules sont aujourd’hui encore le seul mode de transport de marchandises. On peut voir dans les rues leur va-et-vient nonchalant.

L’histoire de la fondation de Mardin mêle faits historiques et légendes. L’une d’entre elles raconte qu’un prince perse du nom de Mardin aurait miraculeusement guéri à l’emplacement même de la citadelle. Une autre attribue l’origine du nom de Mardin à la fille d’un prêtre zoroastrien qui s’appelait Mara. Si vous demandez à des Assyro-Chaldéens, ils vous répondront qu’en syriaque mardin signifie “forteresses” ou “citadelles”. Mardik, mardi ou mardiros désigne en arménien un rebelle et un martyr. Or, selon certains historiens, c’est lorsque des combattants arméniens se réfugièrent à Mardin, en l’an 351 de notre ère, que l’endroit reçut le nom de Mardin.

La ville a toujours été un refuge pour des gens de toutes origines et de toutes croyances. Si vous demandez à un habitant de quelle origine il est, il pourra vous répondre : “Je suis yezidi” [kurdophone adepte d’une religion improprement appelée “adorateurs du diable”], ou : “Je suis kurde”, “turkmène”, “arabe”, “shamsi”, “arménien”, “araméen” ou “chaldéen”. Quand vous arrivez dans cette ville, vous devenez l’hôte d’une grande famille, celle de l’humanité. Tout au long de l’Histoire, Mardin a été le théâtre d’une rencontre entre des peuples sémites venus du sud avec d’autres venus du nord, de l’est et de l’ouest. Assyriens et Araméens venus du sud y ont d’abord rencontré les Parthes, puis les Perses sassanides venus d’Orient, les Romains venus d’Occident, les Arméniens descendus du nord, sans oublier les Arabes arrivés du sud, et les Turcs et les Kurdes, eux aussi venus de l’est. A partir du XIe siècle, Mardin est donc l’un des rares endroits de la région où se côtoient les trois grands groupes linguistiques altaïque, indoeuropéen et sémitique. C’est toujours le cas aujourd’hui. En se promenant dans les rues de Mardin, on peut entendre à chaque instant de l’arabe, du kurde, du turc et du syriaque.

“L’appel à la prière du minaret des mosquées, les cloches qui sonnent au clocher des églises”, voilà la devise de Mardin. La communauté juive, qui au XIXe siècle comptait encore une cinquantaine de personnes, a aujourd’hui complètement disparu. Quant aux chrétiens, si leur population s’est réduite, le son des cloches atteste de leur présence. Toutes les obédiences chrétiennes possibles et imaginables cohabitent à Mardin : Arméniens grégoriens et catholiques, Araméens jacobites (monophysites), chaldéens, nestoriens ou protestants. Ce sont les Araméens jacobites qui aujourd’hui constituent la plus grande communauté chrétienne, avec environ 85 familles. A Mardin, on célèbre la messe chaque dimanche dans une église différente : si elle a eu lieu ce dimanche dans l’église catholique chaldéenne, elle se déroulera le dimanche suivant dans l’église araméenne des Quarante-Martyrs ou dans l’église arménienne Mar Youssouf (Saint-Joseph). Parmi les églises catholiques arméniennes et chaldéennes, les plus remarquables sont certainement Surp Hovsep (Saint-Joseph), l’église rouge Surp Kevork (Saint-Georges), qui datent du Ve siècle, Mar Hürmüzd, le monastère de Surp Minas (Mar Efrem), ainsi que le patriarcat, qui fait aujourd’hui office de musée. Il ne faut pas manquer non plus le fameux monastère de Deyrul Zafaran, à quelques kilomètres de la ville, qui fut, croit-on, fondé à l’emplacement d’un temple d’adorateurs du Soleil. Les premiers bâtiments de ce monastère seraient l’�uvre des architectes byzantins Théodose et Théodore.

Mardin ne manque pas non plus de trésors d’architecture turco-musulmane. Passée sous la domination des Omeyyades (661-750), des Abbassides (750-1258), des Hamdanides (905-1004) et des Marwanides (jusqu’à 1085), elle a connu sa période de gloire durant les trois siècles du règne des princes seldjoukides, jusqu’au début du XVe siècle. A cette époque, elle était l’une des villes les plus prospères du nord de la Mésopotamie. Les madrasas (écoles coraniques) Zindjiriyé et Kasimiyé, véritables joyaux, la madrasa Sitti Radviyé, qui vient d’être restaurée, ainsi que les mosquées Latifiyé et Shehidiyé sont les témoins de la prospérité de l’époque seldjoukide de Mardin. La mosquée Ulu Cami, qui aurait été construite sur l’emplacement d’une église chrétienne, est devenue, notamment grâce à sa coupole et à son minaret bien particuliers, l’un des emblèmes de la ville.

Mardin se distingue aussi par ses nombreux bazars. Celui des orfèvres se trouve dans la Ire Avenue. Tous les autres bazars se tiennent dans les rues parallèles, en contrebas. Parfois reliées entre elles par des escaliers, ruelles et impasses abritent leur lot d’échoppes. Le caractère médiéval de la ville se perpétue dans les bazars, qui respectent une immuable répartition corporative.

Le XXe siècle a été pour Mardin celui de toutes les pertes. Au début de ce siècle, la ville a ainsi perdu sa riche et puissante communauté arménienne. Ce manque a été en partie comblé par les Assyro-Chaldéens, mais pour un temps seulement : dans le dernier quart du siècle, ils ont commencé à quitter la ville. Toutefois, ces quatre dernières années, pas moins de 1,5 million de touristes ont visité Mardin. Le nombre de commerces et d’hôtels ne cesse de croître. Ce développement du tourisme a apporté un nouveau souffle à l’artisanat du cuivre et du filigrane d’argent, dont l’extinction était imminente. C’est pour défendre ce riche héritage que des voix de plus en plus nombreuses réclament l’inscription de Mardin sur la liste du Patrimoine culturel de l’humanité.

Télécharger au format PDFTélécharger le texte de l'article au format PDF

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0