Logo de Turquie Européenne
Accueil > Revue de presse > Archives 2006 > 04 - Articles d’avril 2006 > Khaled Fouad Allam répond aux internautes

Khaled Fouad Allam répond aux internautes

vendredi 7 avril 2006

© Forum : La Stampa Web

© LEMONDE.FR

Mardi 4 avril, Khaled Fouad Allam, candidat de la « Margherita » (qui fait partie de la coalition de centre-gauche) aux élections législatives des 9 et 10 avril en Italie, a répondu aux questions des lecteurs de La Stampa de Turin.

Extrémisme islamique

- Matteo From San Salvario : Je serais content que vous alliez au Parlement montrer la partie modérée d’un monde (le monde arabe) qui est en train de devenir toujours moins présentable. Que proposez-vous pour ceux qui, en Italie, fomentent la haine contre l’Occident et veulent imposer la charia au lieu de l’intégration ? Etes-vous favorable à des quotas d’immigration et à un contrôle minutieux du territoire ?

- Khaled Fouad Allam : C’est à nous, musulmans, de démontrer qu’il existe un islam et des musulmans qui veulent s’intégrer, et surtout qui partagent les valeurs de la démocratie, c’est-à-dire le respect des droits individuels. Nous pourrons le faire grâce au Conseil islamique italien, car ce sera la seule façon de faire taire ceux qui disent que les musulmans ne pensent qu’à la charia et qu’elle est la condition sine qua non de leur vie. L’insécurité aujourd’hui fait malheureusement partie de nos vies, de notre façon de vivre ensemble, mais je suis sûr que ce n’est qu’une transition, que bientôt viendra le jour où les hommes n’auront plus peur les uns des autres. Dans l’Europe de la première et de la seconde guerre mondiale, les Français craignaient les Allemands, aujourd’hui ils marchent ensemble. J’espère pour nos fils qu’ils marcheront main dans la main sur la même route. Comme le dit Prodi : « Ne pas diviser, mais essayer d’unir. »

Politique d’immigration réaliste

- Rosario Massara : Ne croyez-vous pas que les manifestations de l’extrême gauche, qui propose la libre circulation des personnes sans aucune restriction, sont purement idéologiques et non fonctionnelles ? Concrètement, comment comptez-vous concilier le sentiment d’insécurité croissant avec une politique d’immigration juste ?

- Khaled Fouad Allam : La sécurité est au centre du débat politique. La difficulté est de ne pas créer une symétrie entre la politique de sécurité et celle de l’intégration, l’une ne devant pas se faire aux dépens de l’autre. Seulement de cette manière, nous pourrons gagner la bataille contre la peur dans l’opinion publique.

Hamas

- Giovanni (Naples) : Au vu des derniers développements de la crise au Moyen-Orient, êtes-vous optimiste sur le futur des Palestiniens ? Ne croyez-vous pas que le Hamas mériterait sous certaines conditions une ouverture, au moins de la part de l’Union européenne, qui, au contraire, préfère ces derniers temps s’aligner toujours plus sur les positions américaines.

- Khaled Fouad Allam : L’histoire du Hamas est inédite, parce que c’est la première fois que ce parti, entaché par le terrorisme, se retrouve à gérer une situation politique complexe. Il devra changer de toute façon, il n’y a pas d’alternative à la recherche d’une solution partagée. L’Union européenne devrait être plus autoritaire, mais elle ne l’est pas en ce moment.

La Turquie dans l’Europe

- Giovanni de Bergame : Que pensez-vous du processus d’adhésion de la Turquie dans l’Union européenne ?

- Khaled Fouad Allam : L’entrée de la Turquie en Europe est fondamentale. Tout d’abord parce que l’Union européenne a besoin d’une interface entre l’Asie et l’Europe. En géopolitique, nous avons besoin de ponts qui nous permettent de grandir économiquement, socialement et culturellement. Ensuite parce que la Turquie nous aidera indirectement à rendre crédible la construction d’un islam européen, et pas d’un islam en Europe. Enfin, la Turquie aidera à élargir l’idée d’Europe.

« Un islam modéré ? Oui, vous en êtes la preuve »

- Riccardo de Brescia : Un islam modéré existe-t-il ? Vous en êtes la preuve et votre candidature est vraiment importante.

- Khaled Fouad Allam : Il existe des personnes avec des visions modérées, mais il est dangereux d’accoler l’adjectif modéré à islam : car si j’affirme qu’il existe un islam modéré, cela veut dire qu’il existe, avec la même légitimité, un islam violent qui a sa propre lecture des textes, et c’est extrêmement dangereux de légitimer deux types d’islam. Il n’y en a qu’un seul. Et en toute situation, je préfère parler d’un islam démocratique.

Islam modéré ? Non, selon la sourate 9-5 !

- Candorino Secreti : La sourate 9-5 dit : « Tuez les infidèles où que vous les trouviez. » Et dans l’ensemble cette sourate indique qui, quand, pourquoi et comment tuer un non-musulman. A vous, illustre musulman qui voulez faire partie de notre Parlement, je voudrais demander si vous êtes prêt à renoncer à cette sourate 9-5 du Coran, si satanique. J’attends une réponse par oui ou par non. Toute autre réponse sera superflue. Un Sicilien en Amérique.

- Khaled Fouad Allam : La question n’est pas de renier cette sourate mais de l’interpréter dans le contexte historique de l’époque dans lequel les luttes tribales entre l’islam naissant et le reste de la société arabe étaient extrêmement virulentes. Il existe une lecture historique de cette sourate, mais malheureusement le terrorisme et le fondamentalisme islamique la refusent.

Irak

- Renzo de Parme : Les Etats-Unis se sont-ils trompés en faisant la guerre en Irak, maintenant ébranlé par la guerre civile ? M. Berlusconi se dit aujourd’hui opposé à la guerre. Est-il crédible ? Pourquoi le centre-gauche n’a-il pas fait de la contestation à la guerre un point fort de sa campagne électorale ?

- Khaled Fouad Allam : Je me suis prononcé plusieurs fois sur la question de la guerre en Irak, et pour moi la question de la démocratie et de la construction d’un espace démocratique dans le monde arabe et dans l’islam est le n�ud de ce siècle, que cela nous plaise ou pas. Cette question est juste mais c’est la réponse de l’administration Bush qui est complètement erronée. Les sociétés arabes, et l’Irak en particulier, ne sont pas des sociétés homogènes. La fragmentation confessionnelle a eu un effet dévastateur sur la stratégie américaine et est en train de pousser l’Amérique là où elle ne voulait pas aller : vers l’anarchie.

© La Stampa , le 05/04/2006

Le forum du site de La Stampa

Télécharger au format PDFTélécharger le texte de l'article au format PDF

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0