Logo de Turquie Européenne
Accueil > Revue de presse > Archives 2005 > 06 - Articles de juin 2005 > Avec un « ras le bol... » tragique

Avec un « ras le bol... » tragique

Şu kadere bakın ki

vendredi 17 juin 2005, par Ertuğrul Özkök

Hurriyet Le 17 Juin 2005
Traduit par Deniz Yucel Sylvestre (Turquie Européenne)

Lorsque je suis arrivé pour la première fois à Paris le 20 juillet 1970, la France se résumait, dans mon esprit, à ces trois mots : « mère patrie des libertés »

Comme tous les jeunes Turcs qui ont reçu une éducation positiviste, les trois slogans de la révolution française étaient les miens ; liberté, égalité, fraternité.

La France ne m’a pas déçu pendant mon séjour de 5 ans.

Pendant mes nuits, seul à St Michel, je me réfugiais à la librairie Maspero. J’ai lu des livres et des magazines qui parlaient de la révolte des peuples du monde, dans cette librairie qui ouvrait jusqu’à minuit.

J’ai découvert, là-bas, le fameux magazine « Granma » de Castro, qu’actuellement on a commencé de traduire en turc.

Je passais au moins deux nuits par semaine dans des réunions d’étudiants étrangers.
......

Ici, c’était le pays de Sartre, de Camus.
Les livres « L’étranger » et « la Nausée » étaient les boussoles de ma jeunesse lycéenne à Izmir.

La traduction parfaite de existentialisme en « varolusculuk » était la première philosophie qui m’amenait au gauchisme.

J’avais découvert Edgar Morin là-bas.

J’avais appris là-bas à ne pas avoir peur de « l’autre », et à comprendre la valeur d’un peuple cosmopolite.
En plus, à ne pas être complexé.

Je ne reconnais plus cette France. Ce pays géant est parti, laissant à sa place, un petit pays qui abrite la paranoïa de « l’autre » et le frisson de peur de l’étranger.

Deux des trois idéaux « liberté, égalité, fraternité » sont oubliés, il reste seulement « égalité » qui a été vidé de son sens propre remplacé par le médiocre et l’ordinaire.

Ce pays n’est plus la « mère patrie » de Sartre.

Camus a trouvé asile quelque part ailleurs, devenu un étranger.

« Le Petit Prince » a renoncé à ses espoirs de découverte de nouvelles planètes.

La place a été laissée à des hommes politiques médiocres, à des politiques primitives qui sont construites sur la peur.

Le pays qui a appris au monde l’ « identité nationale » essaie maintenant de sauver son identité perdue en utilisant mon pays.
A vrai dire en déshonorant mon pays...

Une élite politique qui est restée à la traîne dans la concurrence internationale, qui n’a pas pu faire de démarches courageuses et créatives vis à vis des pays qui se développent, essaie désormais de se blanchir sur le dos de la Turquie.

Un responsable politique incapable de permettre la concurrence en économie ne peut plus suivre la mondialisation et ne peut plus que reculer et se mettre derrière le mur du protectionnisme.

Comme tous les politiques médiocres il invente des ennemis.

Et moi, je me demande.

Tous ces idéaux, les sentiments de partage, les baratins sur la compréhension de « l’autre », les obsessions de liberté, tout cela était-il des mensonges ?

Dans les déclarations de politique nationale, n’y avait-il, avec ces idéaux artificiels, que de la séduction pour les jeunes des autres pays ?

Comment cette France géante, ce pays qui avait confiance en lui, pourrait-il avoir peur de la Turquie qui marche vers l’Europe avec résolution ? ...

La nuit du referendum lorsque j’écoutais les débats affligeants, je m’interrogeais. Ces jours que j’ai vécu là-bas n’étaient-ils que mensonge, si aujourd’hui c’est la vérité ?

Qui a réduit « La France » à une âme guidée par la paranoïa de « l’autre » ? La France qui s’était chargée d’être le « protecteur de l’autre » ?

Quel est le destin, une force divine, qui a donné cette peine douloureuse à un ancien admirateur de la France d’écrire, sur la manchette de ce journal, le cri de déception de la Turquie ?.

En plus en français,

Avec un « ras le bol... » tragique.


Article original

Şu kadere bakın ki

1970 yılının 20 Temmuz günü Paris’e ayak bastığımda zihnimdeki Fransa iki kelimeyle özetleniyordu.

« Özgürlüklerin anavatanı. »

Pozitivist eğitimden geçmiş her Türk genci gibi Fransız İhtilali’nin üç sloganı benim de sloganımdı :

« Özgürlük, eşitlik, kardeşlik. »

* * *

Orada kaldığım beş buçuk yıl boyunca Fransa beni hayal kırıklığına uğratmadı.

Yalnız Saint Michel gecelerimde sığındığım yer Maspero kitabeviydi.

Gece yarılarına kadar açık kalan bu kitapçıda, dünya halklarının isyanını dile getiren kitapları, dergileri okudum.

Bugünlerde Türkçe’ye de çevrilmeye başlayan Castro’nun ünlü dergisi « Granma »’yı ilk defa orada keşfettim.

Her hafta en az iki gecemi, başka ülkelerin öğrencilerinin düzenlediği özel toplantılarda geçirdim.

O günkü adıyla Yukarı Volta’dan arkadaşım Barry’yi orada tanıdım.

Başkenti Ouagadougou’nun bir türlü telaffuz edemediğim adı, neşeli günlerimizin eğlencesi oldu.

Burası Sartre’ın, Camus’nun ülkesiydi.

İzmir’de Varlık Yayınları’ndan okuduğum « İş İşten Geçti » ve « Yabancı », lise gençliğimin pusulası olmuştu.

Egzistansiyalizm kelimesinin o mükemmel Türkçe karşılığı ile « Varoluşçuluk » beni solculuğa götüren ilk felsefemdi.

Edgar Morin’i orada keşfetmiştim.

« Ötekinden » korkmamayı, onu anlamaya çalışmayı, kozmopolit bir toplumun kıymetini hep o ülkede öğrenmiştim.

Bir de komplekssiz olmayı...

* * *

Artık o Fransa’yı tanıyamıyorum.

O dev ülke gitmiş, yerine korkuların, « öteki » paranoyalarının, yabancı ürpermelerinin hákim olduğu küçük bir ülke gelmiş.

« Özgürlük, eşitlik, kardeşlik » ülkülerinin ikisi unutulmuş, geriye sadece « eşitlik » kalmış.

Onun da içi boşaltılmış, vasatlıkta, sıradanlıkta eşitlik haline getirilmiş.

Bu ülke artık Sartre’ın anavatanı değil.

Camus, başka bir yerlere sığınmacı olmuş, gerçekten yabancı haline gelmiş.

« Küçük Prens » yeni planetler keşfetme umudunu tamamen yitirmiş.

Meydan vasat siyasetçilere, korku üzerine inşa edilmiş ilkel politikalara kalmış.

* * *

« Ulusal kimlik » kavramını dünyaya öğretmiş bir ülke, kaybettiği kimliğini, şimdi benim ülkem üzerinden kurtarmaya çalışıyor.

Daha doğrusu benim ülkemi harcayarak...

Uluslararası rekabette geri kalan, yükselen ülkelere karşı yaratıcı ve cesur adımlar atamayan bir siyasi elit, şimdi Türkiye üzerinden kendini aklamaya uğraşıyor.

Ekonomide yarışamayan, küreselleşmeye ayak uyduramayan siyasetçi, çareyi koruma duvarları arasına çekilmekte buluyor.

Her vasat siyasetçi gibi, kendine düşman icat ediyor.

Ve ben de kendi kendime soruyorum.

Bana öğretilen bütün bu idealler, bu dayanışma duyguları, « ötekini » anlama nutukları, özgürlük tutkuları ; bütün bunlar birer milli yalan mıydı ?

Milli siyaset belgesinde, öteki ülkelerin gençlerini bu sahte ideallerle kandırmak mı vardı ?

O koskoca Fransa, o kendine güvenen ülke, azimle Avrupa’ya yürüyen Türkiye’den korkacaktı, öyle mi...

* * *

Referandum gecesi Fransız televizyonlarında o vasat tartışmaları dinlerken kendi kendime soruyordum.

O günler mi yalandı, yoksa bugünler mi gerçek ?

Bütün dünyada « ötekinin hamisi » olmaya soyunan, dolu dolu bir ağızla « La France »ı, « öteki paranoyasına » kapılmış bu ruha kim indirdi ?

Şu kadere bakın ki, ilahi bir güç, Türkiye’nin hayal kırıklığıyla dolu feryadını, bu gazetenin manşetine atma ıstırabını da Fransa’nın eski bir hayranına ceza olarak verdi.

Hem de Fransızcasıyla.

Trajik bir « Ras le bol... » ile.

Télécharger au format PDFTélécharger le texte de l'article au format PDF

Nouveautés sur le Web

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0