Logo de Turquie Européenne
Accueil > Revue de presse > Archives 2005 > 07 - Articles de juillet 2005 > 20 millions de visiteurs attendus en Turquie en 2005

20 millions de visiteurs attendus en Turquie en 2005

dimanche 31 juillet 2005, par Guillaume Perrier

Le Monde - 31/07/2005

Je m’attends à une attaque d’Al-Qaida en Turquie d’ici à novembre." Vendredi 29 juillet, Sammaz Demirtas, chef adjoint de la police d’Istanbul et responsable des opérations de renseignement, a jeté un froid en pleine saison touristique. Istanbul avait déjà été visée par les terroristes islamistes, en novembre 2003 : ils s’étaient attaqués à deux synagogues, au consulat britannique et au siège de la banque HSBC, faisant 63 morts.

Le 16 juillet à Kusadasi, petite station balnéaire de la mer Egée, ce sont les séparatistes kurdes du PKK, selon les autorités, qui auraient perpétré un attentat dans un bus, faisant 5 morts (dont une Britannique et une Irlandaise) et 13 blessés. Samedi 23 juillet, un touriste néerlandais et un serveur étaient blessés à Istanbul par une explosion dans un café-restaurant.

Il n’a pas échappé aux activistes que le tourisme est devenu l’activité économique qui « se développe le plus rapidement » en Turquie, selon une étude de l’association des investisseurs du tourisme turc (TYD). Entre 20 et 21 millions de visiteurs étrangers sont attendus sur l’ensemble de l’année 2005, pour une recette espérée de 15 milliards d’euros, soit près de 6 % du produit national brut du pays. On note déjà une augmentation de 27,2 % de la fréquentation touristique sur les six premiers mois. En 2004, le nombre de visiteurs avait augmenté de 25 %.

Allemands, Russes, Britanniques, Belges ont fait de la Turquie leur première destination touristique cet été, et les Français ne sont pas en reste (550 000 entrées en 2004). « C’est un boom tardif , estime cependant Nedret Koruyan, secrétaire générale du TYD. La Turquie a tout, depuis longtemps, pour être une destination majeure du tourisme . Nous devrions connaître cet aff lux depuis au moins dix ans . » Le décollage récent tient à la campagne de promotion intense menée par le ministère du tourisme, mais aussi à des prix qui restent attrayants.

DÉVELOPPEMENT DÉSÉQUILIBRÉ

Le développement du tourisme reste toutefois très déséquilibré. La région d’Antalya et ses 200 000 lits, au sud du pays, capte une bonne part des visiteurs étrangers. Istanbul, qui accueillera près de 4 millions de touristes cette année, arrive loin derrière. L’offre hôtelière dans les grandes villes turques est relativement faible. Le français Accor a décidé de passer à la vitesse supérieure. Tout comme l’espagnol Barcelo, qui vient d’annoncer un investissement de 75 millions d’euros pour 2006-2007.

L’objectif du gouvernement est « de faire de la Turquie une destination incontournable pour le tourisme individuel, et pas seulement pour le tourisme de masse » , explique Tayfun Yahsi, porte-parole du ministère du tourisme. Le tourisme nautique, par exemple, rapporte en moyenne cinq fois plus que le tourisme classique. Le pays entend exploiter son potentiel religieux, culturel, écologique ou thermal, et même... le ski. « Il n’est pas utopique de penser que le chiffre attendu de 30 millions de touristes en 2010 puisse finalement atteindre 40 millions », affirme M. Yahsi.

Télécharger au format PDFTélécharger le texte de l'article au format PDF

Nouveautés sur le Web

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0